Serpol épure grâce au procédé Roseaulix

L’entreprise spécialisée dans la dépollution et la réhabilitation de sites a développée avec l’Ademe un procédé innovant de traitement des lixiviats par filtres plantés de roseaux.

 

 

Spécialisée dans la dépollution et la réhabilitation de sites, Serpol (directeur général : Olivier Déchelette ; Vénissieux) a développé, dans le cadre d’une recherche menée avec l’Ademe, un procédé original de traitement par filtres plantés de roseaux, destiné aux lixiviats des installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND).

Testé dans l’Ain

Jusque-là, précise Jean-Luc Mangiacotti, responsable du projet, ce type de traitement ne s’appliquait en France qu’aux effluents domestiques ou agricoles. Le procédé Roseaulix permet de traiter les matières en suspension et les pollutions organiques et azotées, avec des rendements épuratoires de plus de 95 %. Il a été testé avec succès pendant un an pour le compte du syndicat intercommunal Organom (site du Plantay dans l’Ain). Et a reçu l’autorisation de la Dreal fin 2011.

Outre l’aspect naturel de la technique, d’autres avantages sont mis en avant : faible coût de fonctionnement (consommation énergétique réduite, automatisation et télégestion, maintenance simple…). Roseaulix peut s’appliquer aux petites et moyennes installations ISDN en exploitation, ou aux sites en fin de vie qui génèrent encore des lixiviats.

La force d’un groupe

Serpol, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 21 millions d'euros en 2011 avec 130 personnes, fait partie du groupe Serfim. Ce dernier comprend 20 sociétés, couvrant six métiers (énergie, eau, routes, ouvrages d’art, dépollution, recyclage) et employant 1 300 personnes. Le groupe de Guy Mathiolon a réalisé un chiffre d’affaires de 226 millions d'euros en 2011.

Nadia Lemaire

 

Bref Rhône-Alpes n° 2098 du 28/11/2012

Retrouvez toute l'actualité économique du grand Sud-Est sur www.info-economique.com

Poster un commentaire

Les catégories
Mots Clefs