Phyto-Valor cherche la vitesse supérieure

La société est en quête d’un investisseur ou d’un partenaire pour développer notamment sa capacité de production.

 

 

 

Créée au printemps 2011 sur un créneau original - la valorisation de noyaux de pêches et d’abricots comme gravier végétal -, Phyto-Valor cherche à développer son activité, en augmentant sa capacité de production et en développant deux nouveaux produits. “Pour cela, nous devons améliorer notre outil de production dont le rendement n’est pas optimal”, analyse Franck Janier Dubry. Aujourd’hui, Phyto-Valor produit 900 tonnes de Biogranulats® et souhaiterait grimper à 1 500 tonnes/an. Pour acheter de nouvelles machines, la société est en quête d’un investisseur ou d’un partenaire.

Une idée sud-africaine

Utilisé depuis 18 ans en Afrique du Sud, le gravier végétal est un produit nouveau en France. Il se heurte encore à “une certaine frilosité des acheteurs, les réseaux de jardinerie en particulier”, indique Franck Janier-Dubry. Le produit est actuellement utilisé par des collectivités et des paysagistes. Parmi les pistes que le dirigeant compte développer : la valorisation, sous forme d’huiles cosmétiques, des “amandons” contenus dans les noyaux. Autre filière à forte valeur ajoutée : le broyage fin des coques afin d’obtenir une poudre abrasive pour les marchés du décapage et du polissage. La société (3 personnes) a réalisé un chiffre d'affaires 2012-2013 de 210 000 €, en deçà de ses prévisions, mais table sur 350 000 € pour l’exercice prochain.

Nadia Lemaire

 

Phyto-Valor : Fondateur et directeur : Franck Janier-Dubry (Le Pouzin).

 

Bref Rhône-Alpes n° 2143 du 18/12/2013

Retrouvez toute l'actualité économique de Rhône-Alpes sur www.info-economique.com

Poster un commentaire

Les catégories
Mots Clefs