Labellisé French Tech, Digital Grenoble prépare son Totem

Labellisé pôle French Tech par Axelle Lemaire aux côtés de huit autres villes*, secrétaire d’Etat chargée du Numérique, l’équipe de Digital Grenoble a présenté sa feuille de route.

 

 

 

Dans ses futurs locaux, le Totem, un ancien immeuble d’Orange à deux pas de l’Hôtel de ville, Digital Grenoble prépare son emménagement sur 700 m2. C’est la phase 1 de déploiement qui devrait être terminée en janvier 2015. Les entreprises et les porteurs de projets disposeront d’espaces de coworking et de réunions, d’une cafétéria, d’espaces d’expérimentation et des fameux accélérateurs qui bénéficieront des aides financières de l’Etat. La phase 2, prévue pour janvier 2016, devrait porter la surface à 1 500 m2 en attendant une ultime extension sur 500 m2 supplémentaires.

Une structure gérée par et pour des entrepreneurs

Le Totem devrait être exploité dans le cadre d’une structure de droit privé, sans doute une SCIC, “gérée majoritairement par des entrepreneurs”, selon Jean-Pierre Verjus, pilier de l’équipe de Digital Grenoble. Une association de préfiguration sera constituée pour le 1er décembre en attendant la constitution de la société d’ici le 1er juillet 2015.

Elle devra s’autofinancer au travers des services rendus aux entreprises et répondre aux principes du “small business act à la grenobloise” : trouver des marchés pour les start-up. Surtout, elle devra répondre à l’ambition de voir émerger dans les dix ans “un champion du numérique à plusieurs milliers d’emplois”.

Lyon “French Tech” aussi

Conformément à ce qui était pressenti, la Ville de Lyon a également été labellisée “Métropole French Tech” par l’Etat.

Les villes qui ne sont pas parvenues à séduire le secrétariat d’Etat au numérique auront droit à une seconde chance puisqu’une autre phase de labellisation est prévue. Saint-Etienne, Annecy, Brest, Rouen, Toulon, ou les regroupements Cannes-Nice et Strasbourg-Mulhouse ont encore une carte à jouer.

Les métropoles labellisées auront un accès facilité au fonds de 200 millions d'euros créé pour permettre le développement d’accélérateurs d’entreprises, ainsi qu’à une enveloppe de 15 millions d’euros dédiée à la promotion de la French Tech à l’international.

* Les autres villes labellisées French Tech sont Aix-Marseille, Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes, Montpellier, Rennes et Toulouse.

Vincent Riberolles et Steven Dolbeau

 

Bref Rhône-Alpes n° 2181 du 19/11/2014

Retrouvez toute l'actualité économique de Rhône-Alpes sur www.info-economique.com

Poster un commentaire

Les catégories
Mots Clefs