Des bretelles à double clic

En matière de bretelle, c’est une révolution. La Biclip ne se pince plus devant et derrière, mais seulement sur les côtés. Fini les compressions abdominales et les mouvements entravés. Ses deux clips sont plus discrets. L’ergonomie de cette bretelle développée par l’entreprise stéphanoise Boyer TTE en forme de harnais combinée à des sangles de liaison lui confère un autre port (et à celui qui l’adopte plus d’aise).

 

 

 

La Biclip donne un coup de vieux à la bretelle traditionnelle, telle que nous la connaissons depuis la Révolution française. Les premières bretelles modernes étaient rigides, en drap ou en cuir, tissées sur des métiers spécifiques. En 1826, Antheaume conçut un métier à six bandes qui permit la combinaison de fils de caoutchouc et la fabrication de bretelles élastiques.

Depuis les pattes élastiques, les fameux Mikados, les bretelles n’avaient pas connu de réajustement. Avec la Biclip, Boyer TTE est pleinement satisfaite de cette remontée de bretelles qui a hissé son chiffre d’affaires à un million d’euros. A son catalogue, ce fabricant d’accessoires textiles et en cuir a d’autres arguments de charme à faire valoir, telles des jarretelles.

 

Vincent Charbonnier

Magazine Entreprises Rhône-Alpes (N° 1507 – Nov./Déc. 2011)

Retrouvez toute l'actualité économique du grand Sud-Est sur www.info-economique.com

 

Poster un commentaire

Les catégories
Mots Clefs