7dworks exporte son savoir-faire de la Chine aux Etats-Unis

La Chine va pouvoir numériser des pièces majeures découvertes lors de chantiers archéologiques : une série d’anciens bouddhas d’influence gréco indienne.

C’est une société iséroise basée à Izeron qui lui en donnera les moyens : créée en 2003 par Philippe Bellanger, 7dworks est spécialisée dans la numérisation haute définition et la reproduction de volumes sculptés, une méthode protégée par un brevet issu de sept ans de recherche qui lui avait valu le label EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant) du ministère de l’Economie.

7dworks est entrée en négociation avec une société chinoise à qui elle pourrait vendre d’ici l’année prochaine ce brevet. La méthode d’archivage de 7dworks est reconnue par l’Unesco, les Musées Nationaux dont le Louvre et Rodin dont elle a numérisé l’ensemble des œuvres l’an passé.

 

L’Unesco comme point départ

L’histoire de 7dworks a démarré en 2003 avec une commande phare de l’Unesco qui avait repéré les travaux de Philippe Bellanger, ex-professeur de l’école des Beaux Arts de Tours. Après la Reine de Sabba (Cathédrale de Reims), 7dworks a enchaîné les réalisations (relevés numériques de modèles originaux, moulages de parties manquantes, reproductions...) parmi lesquelles un bronze de la Statue de la Liberté de Bartholdi.

Avec deux à trois réalisations par an, et une activité de formation, 7dworks enregistre un chiffre d’affaires de 350 000 euros avec un salarié et un réseau d’une trentaine de plâtriers et fondeurs répartis dans toute la France.

 

Isabelle Ambregna

Bref Rhône-Alpes n° 2046 du 07/09/2011

Retrouvez toute l'actualité économique du grand Sud-Est sur www.info-economique.com

 

Poster un commentaire

Les catégories
Mots Clefs